Icones et Prières

La sainte Cène

La Sainte Cène
La Sainte Cène

Dans le fond s’élèvent deux bâtiments de forme simple qui supportent un voile rouge, signe que la scène se passe en réalité à l’intérieur. C’est le Cénacle, la « salle haute, grande et ornée » (Mc 14,13). Le lieu prévu par Jean dans sa vision prophétique.
La hauteur domine dans l’icône et donne à l’ensemble la solennité de cette heure :
« J’ai désiré d’un grand désir manger cette Pâque avec vous avant de souffrir » (Lc 22,15).
La partie basse est dominée par la table immaculée, couverte de coupes. Elle attire et centre le regard. Elle est ovale, signe de perfection : appel à la perfection de l’unité de l’Eglise naissante.
Autour de cette table sont assis les apôtres avec le Maître à gauche.
Ils parlent entre eux. Leurs gestes sont calmes.
L’objet de leur attitude n’est-il pas : « Serait-ce moi ? ».
Ils semblent s’interroger du regard.
A la place d’honneur, Jésus regarde ses disciples. Son nimbe crucifère porte l’inscription de la divinité : « Je suis celui qui est ». Ici, cette inscription a une signification particulière. N’est-elle pas un reflet du discours de Jésus au cénacle ? « Qui m’a vu a vu la Père ».
Et c’est Pierre, reconnaissable à son manteau jaune qui accueille ce message, regardant le Seigneur et confirmant de sa main droite.
La paix et l’harmonie de la scène est brisée par le geste brutal de Judas. Il rompt la perfection de l’unité symbolisée par l’ovale de la table. S’il se penche, pareillement à Jean, c’est pour ‘prendre’ alors que Jean se penche vers le Seigneur pour ‘recevoir’ sa parole.
Judas refuse de participer au don que fait Jésus de Lui-même dans l’Eucharistie, source de toute harmonie et témoignage incommensurable de son amour pour l’humanité.
Jésus est le prêtre et, en même temps, la victime offerte. Tout participant reçoit la divine substance et participe ainsi à elle.
Et ceux qui participent forment un Corps avec Lui.

Next Post

Previous Post

© 2020 Icones et Prières

Michel BUYSE